Patientns

La méthode Agile (Scrum) : l’union fait la force ! 5 septembre 2017

par Daphne Heïssat

De plus en plus utilisée, la méthode Agile scrum devient peu à peu indispensable pour gérer un projet et les étapes qui le compose.

Pourquoi parler de la méthode Agile (Scrum) ?

Il n’existe pas une méthode Agile, mais des méthodes Agile. Les méthodes proviennent du manifeste, Agile Manifesto. C’est un ensemble de 4 valeurs et de 12 principes qui découlent de ces 4 valeurs. On va s’intéresser ici à la méthode Agile (Scrum) qui est aujourd’hui la plus couramment utilisée dans les entreprises.

Les 4 valeurs des méthodes Agile :

- Les individus et leurs interactions sont plus importante que les processus et les outils
- Un logiciel qui fonctionne plus qu’une documentation exhaustive
- Collaborer avec les clients plutôt que d’entretenir des négociations contractuelles
- S’adapter au changement au lieu de rester sur le suivi d’un plan

Comment le Scrum incarne-t-il ces 4 valeurs ?

Scrum est un environnement de travail qui permet de gérer au mieux un projet. Il se repose sur la transparence par le développement d’un langage commun entre les différents acteurs d’un projet. L’inspection - elle - permet de prendre du recul sur l’avancement d’un projet. Ce que l’on a fait, ce qui est en cours, ce qu’il reste à faire. Ce pilier est généralement représenté par un tableau dont l’objectif est de vérifier les tâches du projet.

L’adaptabilité permet de rebondir à un problème grâce à la recherche de nouvelles solutions.

Le Scrum est basé sur une équipe autogérée et polyvalente. Cela permet d’éviter qu’une seule personne fasse le lien entre l’équipe et le client. Elle peut être composée de Product Owner, Scrum Master, UX/UI designer, Lead Dev et une équipe de développement.

L’organisation du Scrum se base sur un cycle qui s’appelle un sprint d’une durée moyenne de 1 à 3 semaines selon le projet.
Le backlog du produit qui est réalisé par le Product Owner est découpé par celui-ci en différentes tâches ou fonctionnalités. Elles sont ensuite compilées et priorisées dans un document qui s’appelle le product backlog qui est présenté à toute l’équipe. Celle-ci choisit les fonctionnalités les plus utiles au projet.
Une fois les fonctionnalités choisis, elles sont compilées dans le sprint backlog. C’est alors l’heure de commencer le sprint !

Durant le sprint, se déroule une mêlée quotidienne. Elle consiste à réaliser chaque matin une réunion de 5 à 10 minutes debout dans le but de définir ce qui a été réalisé le jour précédent, les éventuelles problématiques rencontrées et ce qu’il faut avancer pour le jour même. Ainsi chaque personne de l’équipe à un aperçu de l’avancement du projet et du travail de chacun.
Une fois le sprint terminé, le produit prototypé est livré.

À chaque fin d’un projet une revue de sprint (sprint review) est organisée dans le but d’évoquer l’avancement du projet, les erreurs rencontrées etc. On en revient à la valeur d’inspection qui a pour objectif d’apprendre de ses erreurs pour progresser davantage.

Cette méthode s’utilise de plus en plus dans les entreprises françaises, surtout dans les start-ups et les agences new-tech.

J’espère que cette vulgarisation vous a permis de comprendre les grands principes de cette méthode. C’est à vous de jouer maintenant !

Pour en savoir plus vous pouvez lire l’Agile Manifesto.

Remonter